Catégories
Paroles

Un bruit qui danse

Au bruit des pas dans le couloir
Au bruit de la porte bien noire
Au bruit des chaines qui se cassent
C’est lui qui plonge dans la glace
Le « clac » de son talon durci
Le « clac » de ses doigts raides et si
Tu claques dans tes mains le tempo
L’attaque va venir dans ton dos

Il danse sous la lumière bleue
Son pied brise le silence
Il danse sous la lumière bleue
Et il te fout en transe

Les pas endiablés enchantés résonnent fort sur les murailles de ta cave au néon grillé dont il avait fait son bercail.
Et tu admires stupéfait les méfaits dont il est coupable une carte en papier pliée posée en vrac sur la table
Il chauffe le tapis persan auquel tes parents tenaient tant et d’un coup d’pied il y met feu sous le portrait de tes aïeux.
Si tu le touches ou tu l’arrêtes ta main emportée avec lui t’fera tourner tourner la tête impuissant face à ta survie

Et si le ciel n’était pas clément
Les étoiles plantées au firmament
L’éclairent, lui parmi toute la foule
Qui le hue et le pousse, mais ce soir la lune est rousse
Mais quand le ciel, enfin, lassé de ses prodiges
Se fera bas et lourd, quand il aura le vertige
Alors comme un couvercle, il s’abattra
Sur son crâne incliné. L’angoisse reprendra ses droits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *